Il était une fois--- des artistes à découvrir

Il était une fois, une histoire de noyade et de guérison par Pam K. Varacek

Il était une fois, une histoire de noyade et de guérison par Pam K. Varacek

Aujourd'hui je suis très heureuse de vous présenter une oeuvre et son histoire par une amie et artiste qui m'est chère, de l'autre côté de l'océan : Pam K. Varacek. En mai dernier j'ai eu le grand plaisir de passer une journée entière à Paris en compagnie de Pam et d'une autre de mes "Flying Sisters" (le groupe de filles qui ont suivi les "Leçons de vol" de Kelly Rae Roberts l'année dernière, si vous êtes un(e) habitué(e) de mon blog, vous connaissez l'histoire!). Combien de fois dans une vie a-t-on la chance de passer une journée avec deux (presque) parfaites inconnues, et en moins de 5 minutes d'avoir l'impression de se connaître depuis des années? Je me sens bien chanceuse. Alors sans plus tarder, voici l'histoire de Pam. Il était une fois...

Not Waving, But Drowning. Acrylic painting on canvas. © 2013 Pam K. Varacek
Not Waving, But Drowning. Acrylic painting on canvas. © 2013 Pam K. Varacek

"Ce tableau a été pour moi l’un des plus difficiles à mettre sur la toile. Il parle de dépression. La dépression fait partie de l’héritage de ma famille. De nombreuses personnes dans le monde en souffrent, et la plupart d’entre nous ont déjà ressenti cet état, même brièvement, à un moment de notre vie. Pourtant c’est un sujet toujours difficile à aborder.

Not Waving, But Drowning. Acrylic painting on canvas. © 2013 Pam K. Varacek
Not Waving, But Drowning. Acrylic painting on canvas. © 2013 Pam K. Varacek

Pour moi, la dépression ressemble à une sensation de noyade, comme si je sentais l’eau m’envelopper tandis que je coule vers les profondeurs. C’est cela que j’ai voulu projeter dans ce tableau.

© 2013 Pam K. Varacek
© 2013 Pam K. Varacek

Paradoxalement, je vois aussi l’eau comme un symbole apaisant, qui me calme. C’est d’ailleurs pour cela que je me rends sur la côte près de chez moi chaque matin. J’aime écouter le clapotis des vagues sur le rivage.

Plusieurs personnes sont venues me dire que pour elles, le tableau n’évoquait pas tant le fait de se noyer que celui de faire signe de la main. Plutôt "Not Drowning, But Waving" (“Elle ne se noie pas, elle fait signe de la main”). Cette pensée me fait beaucoup de bien.

© 2013 Pam K. Varacek
© 2013 Pam K. Varacek

Il était une fois, une fille qui se sentait très isolée. Elle pensait que personne ne pouvait comprendre cet état dépressif dans lequelle elle se noyait. « Not waving, But drowning » l’a aidée à exprimer son histoire et à voir qu’elle n’était pas seule. Elle vit heureuse pour toujours..."

© 2013 Pam K. Varacek
© 2013 Pam K. Varacek
© 2013 Pam K. Varacek
© 2013 Pam K. Varacek

Pamela K. Varacek est originaire de Long Island, près de New York. Son amour de la plage, de l’océan et de la lagune de Great South Bay sont pour elle une constante source d’inspiration.

Retrouvez Pam : - sur son site web et son blog :  www.pamelakvaracek.com - sur Facebook : Pamela K. Varacek - par e-mail: pvaracek@msn.com

Il était une fois... la joie de créer, par Ginger Deverell

Il était une fois... la joie de créer, par Ginger Deverell

Comme promis, voici une nouvelle histoire dans ma blog série "Il était une fois". Peut-être la découvrez-vous pour la première fois? Et bien si vous aimez l'art et les histoires pleines d'inspiration, découvrir de nouveaux artistes et découvrir leur cheminement créatif, vous êtes au bon endroit! Ici des âmes créatives viennent partager avec vous une oeuvre qui leur est chère, son histoire et le sens particulier qu'elle a pour elles. A travers leur art, elles nous laissent entrevoir un petit bout de leur coeur. Et aujourd'hui j'ai le grand, grand plaisir d'accueillir une artiste qui m'est particulièrement chère, dont l'esprit et le parcours me sont proches, une soeur créative de par-delà l'océan, Ginger Deverell...

Il était une fois... un sentiment de paix

Ginger 1
Ginger 1

"Ce tableau qui s’intitule Breathe (“Respire”), marque pour moi une période de profonde transformation personnelle et artistique. Alors que pendant bien des années, l’art était resté en marge de ma vie, c’était la première fois que j’affirmais ouvertement mon identité et mes rêves. J’ai rassemblé tout ce que j’aime d’une façon qui sonne juste pour moi (l’art, le papier, les émotions, les mots, la couleur, la matière, les motifs, les superpositions, la féminité). J’ai compris que ce que j’aime, c’est créer des œuvres à la fois pleines de paix et de douceur, mais aussi d’intensité.

Ginger 8
Ginger 8

Le processus a été très intuitif. J’ai pris un cours de mixed-media de Danita Art pour expérimenter de nouvelles techniques, et le reste a déferlé du plus profond de moi, tout naturellement. Cette aisance que j’ai ressentie était nouvelle pour moi. J’ai su immédiatement que je venais de mettre le doigt sur quelque chose qui allait changer ma vie. Et c’est ce qui s’est passé. Ce qui se passe. L’une de plus belles choses à avoir émergé fut mon amour pour les aspects féminins de ma personnalité. M’autoriser à me délecter de couleurs douces, d’émotions plus pures, d’éléments plus féminins – cela m’a libérée.

Ginger face Collage
Ginger face Collage

J’aime peindre des visages. Toujours des visages. Les émotions, les vérités, la force, la tendresse et la vulnérabilité dont nous faisons l’expérience, tout cela apparaît sur nos visages, et c’est ce qui nous permet de nous lier, d’accéder à nos sentiments, de nous reconnaître. C’est cela être humain. La couleur, les motifs, les matières et la typographie sont quatre de mes éléments préférés. Mon cœur sautille et virevolte quand j’utilise des polices irrégulières, des lettres ornées d’arabesques et des mots soigneusement choisis. Curieusement cependant, ils ne se sont pas retrouvés dans ce tableau. Il était paisiblement achevé avant que je n’en vienne à inclure le texte que j’avais prévu pour lui :

Dans la vie, ce sont les petits moments de tranquillité et de vulnérabilité qui ont le plus de réalité et de sens.

Ginger 2
Ginger 2

Mes gammes de couleur vont de teintes turquoise surannées, vert écume et blancs crémeux, aux orangés pêche, verts frais et chartreuse, riches bruns café, noirs intenses et bien sûr des roses, tantôt doux, tantôt vifs et chaleureux, surtout associés à l’orange.

Ginger 3
Ginger 3

J’ai une passion pour le papier – utiliser le papier dans mes œuvres, créer des papiers à motifs et des papiers colorés, sentir sous mes doigts les différentes textures. L’un de mes rêves est de voir mes créations orner des produits de papeterie – papier cadeau, cartes, cahiers, etc. J’adore créer mes propres couleurs de peinture, avec des acryliques épaisses ou plus légères. Et graver mes propres tampons encreurs est devenu pour moi une nouvelle source de joie et de créativité, des premiers griffonnages au tampon fini. Et bien sûr le gel médium qui a transformé ma façon de créer

Ginger studio Collage
Ginger studio Collage

J’ai tellement grandi pendant les semaines passées à créer cette pièce, en tant que personne, femme et artiste. J’ai découvert une nouvelle force tranquille, une féminité toute en douceur. Je me suis sentie en paix pour la première fois de ma vie.

Je pouvais respirer."

Papergirl-GingerDeverell
Papergirl-GingerDeverell

Artiste mixed media et graphiste, Ginger Deverell vit à Vancouver, au Canada. Pour elle, a beauté est porteuse d’un grand pouvoir de guérison, elle aide à grandir et à être soi-même.

Créer est sa manière de retranscrire son vécu dans ce monde, un cheminement à la découverte de soi. Elle l’exprime dans son art avec l’espoir que d’autres y retrouveront leur propre reflet, un miroir où voir et honorer leur beauté et leur vérité.

Ginger est aussi la talentueuse créatrice de Red Pear Creative, une petite entreprise d’art et de design qui propose des créations délicieusement simples et des œuvres éclectiques et colorées. 

Pour en savoir plus sur Ginger et ses aventures créatives, rendez-vous sur son blog, sonsite web, sa boutique Etsy et sa page Facebook!

Ginger Deverell New Westminster, BC, Canada Email: ginger@redpearcreative.com Mobile: +1 604 649 5571

Il était une fois... un chemin plein de promesses, par Sara Naumann

Il était une fois... un chemin plein de promesses, par Sara Naumann

L'été est fini, les enfants ont fait leur rentrée il y a déjà quelques semaines et j'ai vraiment pris mes marques dans l'atelier. J'ai emménagé dans ce nouvel espace - corps et âme - et chaque matin je monte l'escalier avec ma tasse de thé encore chaud  parce que je n'ai pas la patience d'attendre d'avoir terminé mon petit déjeuner... Je sens que je suis sur la bonne route! Je peins, j'expérimente, je laisse les choses éclore, évoluer et me surprendre, et surtout je m'amuse! Et en parlant d'expérimenter, c'est l'heure d'un nouvel "Il était une fois" avec une nouvelle invitée! Aujourd'hui j'ai le plaisir de vous présenter Sara Naumann, qui partage le résultat de quelques expérimentations créatives dans son histoire de "Serendipity" (un fort joli mot qui veut à peu près dire "heureux hasard"). Et si vous aussi vous avez envie de découvrir de nouvelles techniques et de laisser libre cours à l'inspiration,  allez faire un tour sur son site et sa chaîne Youtube, elle a de supers tutoriels de mixed media rien que pour vous! (Les liens sont à la fin de l'article) Bonne lecture!

" Il était une fois, une femme qui marchait le long d'un étroit sentier vert semé de promesses..."

Serendipity Mixed-media collage © 2012 Sara Naumann
Serendipity Mixed-media collage © 2012 Sara Naumann

Serendipity

9” x 12” - 23 cm x 30 cm Collage mixed-media © 2012 Sara Naumann

"J'ai toujours entendu dire que si vous trouvez une plume, cela veut dire que vous êtes sur le bon chemin. Cela peut aussi signifier qu'il faut vous détendre un peu et avoir confiance que tout va bien se passer (pas évident pour moi!).

A l'époque où ma fille a trouvé ces plumes, notre famille traversait de grands changements avec un déménagement international, d'Amsterdam aux Pays-Bas, à Sopot en Pologne. Bien que nous soyons américains, nous nous sentions vraiment chez nous à Amsterdam. Nous y avions vécu pendant 5 ans et ma fille y est née. Prendre cette décision fut extrêmement difficile (pendant des mois on aurait dit que nous changions d'avis tous les jours), même si finalement ce fut le bon choix.

Serendipity Mixed-media collage © 2012 Sara Naumann
Serendipity Mixed-media collage © 2012 Sara Naumann

Déménager, qu'importe où, peut toujours être une épreuve, et cependant j'adore cette opportunité de repartir à zéro... découvrir de nouvelles choses merveilleuses et extraordinaires à ajouter sur la liste de mes choses préférées. On fait des erreurs, on se fait mal comprendre, on se perd, on s'énerve, on se fait aider par des étrangers et on découvre des choses qu'on adore. C'est vrai de tout grand changement dans la vie, pas seulement des déménagements... Je me suis retrouvée dans la même situation en devenant maman!

Alors parfois c'est réconfortant quand une série d'éléments éparses se rejoignent de façon inattendue, par un heureux hasard, dans une oeuvre. J'aime beaucoup le mot « serendipity », sa signification et la façon dont il sonne quand on le prononce. Il convient vraiment bien à cette pièce parce qu'elle est le résultat d'une sorte de combinaison accidentelle!

Par exemple, j'ai joué avec plusieurs couleurs de peinture pour ce fond, je n'ai pas aimé le résultat et je l'ai relégué dans ma boîte étiquetée "pour plus tard". Il ne convenait pas à mon projet du moment mais 3 mois plus tard, il a trouvé sa place dans cette pièce!

Serendipity Mixed-media collage © 2012 Sara Naumann
Serendipity Mixed-media collage © 2012 Sara Naumann

Les bandes colorées sont le résultat d'une expérimentation avec des encres à l'alcool sur du ruban adhésif. Elles avaient elles aussi fini dans ma boîte "pour plus tard".

Et puis un jour ma babysitter est revenue de promenade avec ma fille et elles ont rapporté ces belles plumes. J'ai eu envie de les utiliser dans une oeuvre, d'autant que je n'avais jamais travaillé avec des plumes! J'ai fouillé dans ma boîte de projets inachevés et j'y ai trouvé juste les éléments qui iraient avec.

Serendipity Mixed-media collage © 2012 Sara Naumann
Serendipity Mixed-media collage © 2012 Sara Naumann

La symbolique des plumes fut très réconfortante pour notre famille dans ces jours difficiles. Je crois vraiment que nos chemins sont pleins de possibles et de promesses. Parfois on sait exactement où se diriger, et d'autres fois on doit être plus attentif à la façon dont le sentier se déroule. Ou de nouveaux possibles se cachent sous une apparence trompeuse. Mais si on se contente de marcher au pas, on risque de manquer toutes les choses merveilleuses que la vie nous offre à cet instant précis!

Et vous? Comment accueillez-vous les changements dans votre vie? Avez-vous des histoires "d'heureux hasard" à partager? Dites-le nous en commentaire!

Sara Naumann
Sara Naumann

Sara Naumann is an American living on the Baltic Sea, where she writes, designs, collages and teaches stamping and mixed media techniques.

She'd love to invite you to her online home: www.saranaumann.com

and her You Tube channel: http://www.youtube.com/user/saranaumann

Il était une fois... les amandiers de Suzanne Joy Fernald

Il était une fois... les amandiers de Suzanne Joy Fernald

Almond Trees Path Suzanne Joy Fernald.jpg

Et voilà! Comme promis, j'ai aujourd'hui le grand plaisir de partager avec vous un nouvel "Il était une fois..." qui a pour invitée l'artiste californienne Suzanne Joy Fernald

Il était une fois... un chemin bordé d'amandiers à l'émouvante beauté. ~ Suzanne Joy Fernald

"Sur l'autoroute du retour, après une longue excursion vers la Sequoia National Forest, une étendue fleurie est apparue au loin. Dans un sursaut d'énergie, prenant la première sortie, j'ai attrapé mon appareil photo, couru vers le verger et ... suis restée sans voix.

Le Chemin des Amandiers, photographie de Suzanne Joy Fernald
Le Chemin des Amandiers, photographie de Suzanne Joy Fernald

A genoux avec mon appareil pour saisir la beauté des fleurs, les larmes me montèrent aux yeux. Tandis que je me déplaçais ici et là, capturant la scène sous tous les angles, la joie remplit mon âme au-delà des mots.

Bien des photos plus tard, alors que je rejoignais mon véhicule, c'est à travers des larmes sincères que je priai pour que les prises de vues soient aussi belles  que ce que j'avais vu à travers l'objectif. Je n'avais pas d'appareil numérique, c'était une pellicule. Je n'avais pas la satisfaction immédiate de voir l'image dans l'instant. Mais quel frisson de revivre ces instants à la découverte des images développées!

Cette photo d'amandiers a remporté un prix lors d'un festival local et, cerise sur le gâteau, une cliente a souhaité l'acheter. Lors de notre rencontre dans un café, elle m'a parlé, tout doucement, de l'endroit où elle exposerait la photo dans sa maison. "Elle sera accrochée au bout du vestibule, comme si je marchais moi-même sur ce chemin".

Bien des années plus tard, cette série de photos reste un de mes best-sellers. A la vue de ce Chemin aux Amandiers, mon coeur se remplit de joie au-delà des mots devant la beauté de la création divine."

Suzanne 2
Suzanne 2

Suzanne Joy Fernald est une artiste américaine qui vit en Californie.

Amoureuse des mots et passionnée de photographie, Suzanne aime depuis toujours partager les valeurs d'optimisme, d'honnêteté et de joie de son cheminement spirituel, dans l'espoir d'aider les autres sur leur propre chemin de vie.

Découvrez son blog sur http://LightSteppingStones.blogspot.com

Vous pouvez lui écrire à suzannejoyfernald@gmail.com

Passez un très bon week-end et comme le dirait Suzanne, "avec Joie"...

Il était une fois... un retour aux sources, par Jessica Brogan

Il était une fois... un retour aux sources, par Jessica Brogan

JessBrogan5-1

Et bien je suis encore en train de patauger dans la poussière, le plâtre et la peinture tandis que l'atelier Nid prend forme !! Nous avons presque fini de peindre les murs, style "toile blanche" pour le moment... Comme promis, je prépare un post pour vous montrer l'avancée des travaux, mais en attendant j'ai le grand plaisir de partager avec vous un nouvel "Il était une fois"... Pour ceux d'entre vous qui n'ont pas suivi le premier épisode et qui se demandent de quoi il s'agit, et bien tout a commencé par une idée de blog série / profils d'artistes. Mais lorsque j'ai commencé à recevoir les mots et les photos d'oeuvres de mes invités-volontaires, j'ai rapidement compris que le projet était en fait bien plus que cela. Ce projet, cet espace, c'est un lieu pour dire notre vérité, partager nos histoires, celles qui ont tant d'importance pour nous, qui vienne de si profond dans nos coeurs que nous les avons laissées couler à travers nos doigts pour les changer en art. Des voyages créatifs qui nous ont aidés à grandir et qui, peut-être, inspireront ceux qui les découvrent, pour étendre à leur tour leurs ailes... Aujourd'hui vous rencontrrez une âme voyageuse, une femme passionnée et une amie très chère : Jessica Brogan. Son histoire parle de retour aux sources, d'un voyage à la découverte de soi...

" Il était une fois, une jeune femme qui restait à la maison avec son bébé, Liam, tentant de se satisfaire de la vie de maman au foyer... Mon mariage ne me rendait pas très heureuse, mais j’essayais de l’ignorer et de me concentrer jour après jour sur les besoins de mon tout petit. Pourtant, au cours de ces deux années, j'ai commencé à ressentir un désir qui grandissais et me rongeais de l’intérieur, un peu comme l'avait fait mon désir d’avoir un enfant. Je sentais que quelque chose me manquait, et grandissait en moi en même temps. Ce que l'on ne nous dit pas, c’est que parfois, l’arrivée dans notre vie du plus extraordinaire – la naissance d’un enfant – peut mettre en pleine lumière la peine que nous avions si bien su ignorer. C’est ce qui s’est passé quand je suis rentrée à la maison avec mon petit garçon Liam, même si ce n’est pas arrivé tout de suite. Il a fallu deux ans pour que ce désir qui murmurait se change en un rugissement impérieux, me demandant de redécouvrir ma propre identité.

Peu avant les deux ans de Liam, ma maman, lui et moi nous sommes envolés vers l’île Hawaïenne de Oahu. Nous nous y rendions avec une intention précise: baigner Liam dans l’océan, sur une plage bien particulière, et dire des prières aux esprits auxquels nous croyons là-bas. Une sorte de baptême, semblable au rituel que ma mère avait effectué pour moi au même âge, lorsque nous vivions sur l’île.

Pendant notre séjour, je me suis retrouvée submergée par les souvenirs de ma propre enfance là-bas, et enchantée par les couleurs, les parfums et l’inspiration qui abondait. J’ai compris au fond de mon âme ce lieu était ma maison. Une maison pleine de couleurs et de joie, deux choses qui faisaient cruellement défaut dans ma vie domestique. Et plus important, cela faisait des années que je ne m’étais pas sentie aussi pleinement moi-même, reconnaissant enfin ma véritable identité, mes désirs, mes besoins, toutes ces choses qui étaient restées endormies pendant bien trop longtemps.

En rentrant de ce voyage, je voulais trouver un moyen de préserver le bonheur ressenti à Hawaï. Il m’était impossible de vivre là-bas, alors à moi de tenter de recréer les couleurs et les images que j’avais absorbées. C’est ainsi que je me suis mise à peindre.

Je dis “peindre” mais aujourd’hui, avec le recul, je me rends compte qu’il ne s’agissait pas tant de peinture que de guérison. J’ai utilisé des couleurs qui évoquaient pour moi la joie et j’ai choisi instinctivement des éléments de collage: morceaux de calendriers, vieux livres et fleurs séchées ramassées en promenade avec Liam. Plus je peignais, plus je mettais au jour mon vrai moi, le débarrassant de la poussière des années pour le mettre en pleine lumière.

Et en parallèle, mon mariage continuait à se dégrader. Cela peut sembler triste, mais ça ne l’est pas. Peindre à ouvert une fenêtre par laquelle j’ai vu qui j’étais. Et il n’était plus possible ensuite de continuer à ignorer les choses dans ma vie qui me rendaient malheureuse. J’ai mis un terme à mon mariage et j’ai continué à peindre dans les moments de stress de cette épreuve. Chaque touche de pinceau, chaque couleur posée sur la toile me soutenait, encourageait celle que je suis vraiment à renaître.

Pour ce tableau en particulier, j’ai créé comme toujours de façon intuitive, mais au lieu d’une simple accumulation de couleurs, au fur et à mesure que je peignais, il a semblé se changer en journal. Un peu comme une planche d’inspiration, une vision de ce qui me faisait « moi ». J’y ai inclus une photo de moi que j’aime beaucoup, prise dans une petite ville de la côte espagnole, pour célébrer ce que j’avais ressenti en cet instant, le sentiment d’être féminine et libre, mon regard s’évadant dans le bleu de la Méditerranée.

J’ai posé sur la toile toutes les couleurs qui rappellent ces lieux vibrants de chaleur où je me sens chez moi, parsemé des petits rappels de mon amour des voyages et des fragments de texte. L’un de mes exercices préférés consiste à déchirer du texte sans le regarder, et une fois qu’il est collé, à y rechercher des phrases. La phrase que j’ai trouvé dans cette pièce était: « Tu es aussi toi-même, voyageuse ». J’ai éclaté de rire en la trouvant : bien sûr ! Je suis une maman, d’abord et avant tout, mais je suis aussi moi, une amoureuse des voyages, couverte de peinture, une femme sur un chemin, d’esprit et de voyage.

Jessica et moi adorerions lire votre propre histoire: Comment la créativité est-elle entrée dans votre vie? Comment êtes-vous partis à la découverte de vous-même?... Racontez nous en commentaire!

Jessica Brogan est une créatrice et photographe américaine. Egalement coach de vie, elle guide les femmes en quête d'authenticité.

Découvrez son blog "In search of dessert" (trad: "à la recherche du dessert"): www.insearchofdessert.com

Elle mène aussi le très populaire "International Altered Card Deck Swap" (trad: "échange international de jeux de cartes d'artistes): www.carddeckswap.com

Il était une fois... Une nouvelle série, "regard d'artiste" avec Shelly Penko!

Il était une fois... Une nouvelle série, "regard d'artiste" avec Shelly Penko!

Chers lecteurs, une nouvelle aventure commence! Lorsque j'ai commencé à bloguer, il y a un peu plus d'un an, j'ai voulu que ce soit l'occasion de partager. J'étais un peu timide au début, je n'était ps très à l'aise pour montrer mon travail, et encore moins pour parler de moi, "l'artiste". Au début ce n'était d'ailleurs pas évident d'utiliser "ce mot là". Mais grâce à VOTRE fantastique soutien, à vos encouragements, j'ai commencé à avancer sur ce chemin créatif, jour après jour, d'un pas plus assuré. Il y a un an exactement, je faisais ma toute première exposition, mon rêve devenait réalité pour la toute première fois. Et l'une des choses que j'ai comprises cette année, c'est que l'art et l'artiste ne font qu'un. Que lorsque l'on peint, sculpte, danse, écrit ou chante de tout son coeur et de toute son âme, avec authenticité, alors on fait partie de l'oeuvre créée et elle fait partie de vous. Et aujourd'hui j'ai envie d'aller un peu plus loin, pas seulement de partager mes créations, mon cheminement, mais celui d'autres âmes créatives. C'est pourquoi j'ai décidé de lancer une nouvelle série de "regards d'artistes" ici-même sur le blog! Mais il ne s'agit pas d'une classique interview. Ce que je veux plutôt c'est partir d'une oeuvre qui a une signification spéciale pour l'artiste, une histoire particulière, et laisser le récit révéler la voix de l'artiste. La série s'appelle "Il était une fois", et une merveilleuse artiste et amie me fait l'honneur de l'ouvrir aujourd'hui: Shelly Penko! Bonne lecture, et nous serons toutes les deux ravies de lire vos commentaires ♥

Shelly Penko, she dreams in color
Shelly Penko, she dreams in color

Il était une fois, une rêveuse.

Lorsque j’ai commence cette pièce, je n’avais pas envie de peindre. La vie semblait morne et sombre et effrayante. C’est parfois comme ça quand des choses importantes prennent fin. J’avais peur qu’il n’y ait que de la tristesse en moi, alors j’ai decide que je pouvais peindre la tristesse, quel que soit ce qui viendrait. Je me suis donné la permission.

C’est un tableau intuitif, commencé sans planifier, pas de produit final en tête, aucune idée préconçue du sujet. J’ai commencé à peindre des couleurs, des traces, avec détachement et abandon. Simplement poser des marques et apprécier les couleurs et les mouvements de la peinture. Je pulvérisais de l’eau, je regardais couler la peinture, ajoutant des touches. Les ovales colorés m’attiraient, alors j’en ai rajouté, peignant directement avec les doigts plutôt qu’avec un pinceau. Puis l’hirondelle est arrivée, descendant en piqué, comme le font les hirondelles.

Des hirondelles faisaient leur nid devant ma maison il y a quelques étés. Elles m’avaient impressionnée par leur travail d’équipe et leur ingéniosité. Quand les œufs avaient éclos, plusieurs adultes s’étaient mis à travailler sans relâche pour nourrir les petits. Et les oisillons grandirent jusqu’à ce qu’il semble incroyable qu’ils tiennent tous dans le nid… devenant beaux et lisses. Pendant plusieurs jours, les jeunes intrépides se lancèrent dans d’acrobatiques leçons de vol, sous l’œil attentif des adultes alignés au bord de mon toit. Et puis un jour ils ont quitté le nid pour de bond pour tracer leur chemin dans le monde. Ces hirondelles m’ont marquée par leur dévouement, leur sens de la communauté, leur grâce et leur courage. Lorsqu’elles sont apparues dans ce tableau, j’ai compris qu’elles étaient devenues pour moi une sorte de talisman.

Le visage de la femme est apparu ensuite. C’était un visage sombre, ce qui pour moi est plutôt inhabituel. Je suis d’habitude toute en contrastes et lumière. Ce visage semblait voilé. Je l’ai laissé ainsi. Plus de fleurs, plus de couleurs et de formes rayonnantes suivirent. Tandis que le tableau évoluait, j’ai compris qu’elle rêvait… et ses rêves étaient lumineux et colorés et joyeux.

Cela m’a rappelé que lorsque tout semble sombre, une lumière brille toujours au fond de nous. Pour moi cette lumière, c’est créer. Déjà petite fille je voulais peindre ou dessiner ou décorer tout ce qui me tombait sous la main. Cela fait partie de moi. Une part de moi que j’ai bien trop souvent laissée de côté pour m’occuper de choses « plus importantes ». Ce tableau m’a rappelé de rêver en grand, et en couleur. Il m’a aussi rappelé que je n’ai pas à tout faire toute seule. Je peux avoir une communauté. J’ai peint de nombreux tableaux depuis, mais celui-ci marque le début de mon retour vers moi-même ; cette femme qui fait partie d’une communauté de personnes animées du même esprit, cette femme qui est une rêveuse et une créatrice. Maintenant que je l’ai trouvée, je ne la ferai plus jamais taire. Au bout du compte, « She dreams in Color » ne parlait pas de fins, mais de nouveaux départs.

Shelly Penko est une artiste contemporaine américaine qui vit et travaille à Austin, au Texas. Shelly combine la beauté des couleurs à des images pleines d’âme, pour exprimer sa joie devant la beauté simple de la vie, la famille et l’amitié.

Son site web et son blog: http://www.ShellyPenko.com

Sa page Facebook: https://www.facebook.com/ArtofShellyPenko

Pour acheter ses tableaux et des reproductions:

Sur Etsy:  https://www.etsy.com/shop/ShellyPenko

Sur Daily Paintworks:  http://dailypaintworks.com/Artists/shelly-penko-3721

Chez Saatchi:  http://www.saatchionline.com/profiles/portfolio/id/390911

UN IMMENSE MERCI CHERE SHELLY!

Vous avez une oeuvre (peinture, dessin, sculpture, assemblage, livre d'artiste, ou même oeuvre écrite, dansée, chantée!) et une histoire pleine d'inspiration à partager? Contactez-moi. A bientôt!