Sentry Page Protection

Meghan Genge

trouver la magie dans l’entre-deux

Je suis très heureuse d’accueillir une jeune femme magique et audacieuse: Meghan Genge, auteur de Unfurl, le livre le plus inspirant qu’il m’ait été donné de lire depuis très longtemps... (j'espère qu'il sera un jour traduit en français!)


Laly : Dans l’art comme dans la vie, je trouve que le contraste est un ingrédient clé. Tu as récemment écrit un article sur l’importance d’accepter aussi bien notre lumière que nos ombres, toutes ces parts de nous qui sont un peu moins scintillantes et qu'on voudrait parfois reléguer dans l'obscurité. Peux-tu nous en dire plus ?

Meghan : J’adorerais ! Depuis un moment je me sens submergée par ce courant qui inonde les réseaux sociaux et voudrait qu'on cherche constamment la lumière, fascinés par tout ce qui brille. Il y a beaucoup d’importance donnée à la lumière, au lumineux, aux vibrations élevées, comme s’ils étaient les seuls qui comptent. En tant qu’artiste, tu sais bien que trop de lumière peut être aveuglant. Trop de lumière nous donne des coups de soleil, nous éblouit et peut nous épuiser. Non seulement cela, mais en donnant tant d'importance à la lumière, nous oublions toutes les leçons qui sont là pour nous dans l’obscurité. Si vous regardez la nature, l’obscurité, c'est la moitié de l’histoire.

© Meghan Genge

Dans la nature il y a de la lumière et de l’obscurité. Il y a un masculin et un féminin. Il y a de l’expansion et de la contraction. Un arbre, peut importe qu’il pousse au milieu d’un champ ou au plus profond d’une forêt, puise tout autant de son énergie dans l’obscurité du sol qu’en captant la lumière. Sans l’un, l’autre ne peut pas survivre. Pour moi, il est essentiel de donner à nouveau de la valeur à l’ombre, car tant que nous ne le ferons pas, nous percevrons nos propres descentes dans l'obscurité avec culpabilité, honte ou dégoût de soi, alors que ce sont des étapes importantes de notre croissance.

Quoiqu'en disent les experts, je ne crois pas que le but de la vie est de trouver un équilibre. La nature n’est jamais vraiment en équilibre. Elle est toujours en mouvement entre différents états. Je pense que le but de la vie est de danser avec la réalité – toute la réalité – et en faisant cela, je crois que nous reconnaîtrons la vraie lumière quand nous la verrons.

Si vous regardez la nature, l’obscurité, c’est la moitié de l’histoire.

Laly : Pour moi, l’art est magique : il nous connecte aux parties les plus mystérieuses de nous-mêmes, notre lumière, notre vérité, notre âme. Il nous permet de voir le monde sous un jour différent, avec un regard neuf. Il nous transforme. Je sais que la magie est un élément clé dans ta vie : quel effet a-t-elle sur ton chemin créatif, sur ta vie de tous les jours ? 

Meghan : La magie est l’élément clé de ma vie ! Elle est tout. Pour moi, la magie ce sont ces moments où je suis connectée avec le Divin, avec l’Univers, avec Dieu, avec le Tout, avec les Anges, avec tous les mots qui peuvent définir ce grand et magique Mystère. J’ai déjà dit que la Magie est le déclic, l’émerveillement, l'enchantement. Elle nous aide, nous fait des clins d’œil, c’est l’inexplicable et le sacré. Pour moi, la Magie réside dans cette simple croyance qu’il y a "plus", et que j’en fais partie.

© Meghan Genge

© Meghan Genge

Je réalise maintenant que mon chemin créatif et ma vie ne sont pas deux choses distinctes. En prenant la décision de faire partie d’un univers d’amour, de joie et de mystère par-dessus tout, je me suis embarquée dans une grande aventure. Ma pratique, c'est donc de vivre/créer/interagir/rêver autant que possible à partir de ce point magique, et que chacun de mes actes y trouve ses racines. Ça n’a pas été facile, car je veux toujours contrôler l’univers ! Mais cesser de croire qu'on peut contrôler la vie, et décider de la prendre plutôt comme un jeu, a complètement changé ma vie.

 

Laly : As-tu une sorte de lumière préférée ? Peut-être une saison ou une heure de la journée où la lumière résonne le plus en toi ? Qu’est-ce que cela t’apprend sur toi-même ? En quoi cela fait-il écho à ta propre lumière intérieure ?

Meghan : J’ai deux réponses à ta question !  Dans la journée, ce que je préfère, ce sont les moments où la lumière est presque là, mais pas tout à fait ; les moments "d’entre-deux". J’aime ces moments qui suivent le crépuscule, avant qu’il fasse tout à fait nuit, et les moments juste avant le lever du soleil, au seuil du jour.  Je me délecte de l’énergie de ces moments. En vivant dans la jungle comme moi, tu te rends compte qu’il n’y a pas de moments silencieux – mais là où nous nous en rapprochons le plus, c’est pendant ces moments d’entre-deux.

Dans la journée, ce que je préfère, ce sont les moments où la lumière est presque là, mais pas tout à fait ; les moments “d’entre-deux”.
Coucher de soleil © Meghan Genge

Coucher de soleil © Meghan Genge

Levée de tempête © Meghan Genge

Levée de tempête © Meghan Genge

Ma lumière préférée est de loin celle du feu. Quand je visualise un « endroit heureux » il est presque toujours autour d’un feu de camp. Quand je ne peux pas avoir de feu, j’allume des bougies dès que je le peux. Le feu et les bougies apaisent l’énergie des humains qui les entourent. Quand il y a un feu ou des bougies, les hommes se réunissent. Des histoires sont racontées. On retient son souffle. Les gens fixent les flammes et se perdent dans leurs pensées. L’espace semble sacré.

Quand il y a un feu ou des bougies les hommes se réunissent. Des histoires sont racontées. On retient son souffle.
© Meghan Genge

© Meghan Genge

Je me rends compte, en écrivant cela, que la lumière du feu, des bougies, et les temps d’entre-deux que j’ai mentionnés partagent tous la même qualité ; ce sentiment de magie, de possibilité et d’émerveillement. J’aime me dire que ma lumière intérieure m’aide et aide les gens que je rencontre pour trouver ces moments de magie dans nos propres vies. Vivre dans ces espaces nous aide à adoucir cette lumière trop vide d’une vie déconnectée et nous tire vers le lien, vers le Mystère.

et pour moi, c’est essentiel.


Meghan Genge est écrivain, conteuse, et révélatrice de magie quotidienne. Elle est aussi l’auteur d’un roman plein d’inspiration: Unfurl.

En 2015, Meghan et son mari ont vendu ou donné presque tout ce qu’ils avaient au Royaume-Uni pour aller s’installer sur la côte sud du Costa Rica. Ils y créent un espace dédié à l'art sacré et à la créativité, dans la jungle.

Photo by Susannah Conway

Photo by Susannah Conway

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Log Out